Et voilà - enfin ! - le sixième et dernier volet de nos rétrospectives... Le moins qu'on puisse dire c'est que nous avons eu la bougeotte ces derniers temps.

Notre sixième balade nous a emmenées le 22 août dernier à MELLE où nous avions programmé la visite de l'église Saint Hilaire, de nous restaurer dans un restaurant local puis d'aller admirer les huichols (prononcez HuiTchol) d'Annie-Claire DIAZ qui exposait au syndicat d'initiatives.

huichols melle08102017

 

Premier arrêt, l'église Saint Hilaire, classée au Patrimoine Mondial de l'Unesco depuis 1998 en tant qu'étape des chemins de Compostelle en France. C'est l'unique église toujours utilisée de MELLE.

Église_Saint-Hilaire_de_Melle_03_(chevet)

Eglise_St_Hilaire_entree

En 2011, l'ancien autel a été remplacé par cette installation en marbre blanc de Namibie, créée par l'artiste rochefortais Mathieu LEHANNEUR.

DSC_2921

Zoom pour les fonds baptimaux, creusés dans le sol... Il faut souhaiter que le prêtre qui officie ne soit pas perclu de rhumatismes car le pauvre va souffrir.

DSC_2922

A l'opposé de l'autel, la longue allée qui mène aux grandes portes...

DSC_2929

auxquelles on accède par un grand escalier.

DSC_2920

Il est encore trop tôt pour aller déjeuner, nous poussons donc jusqu'à l'égLise Saint Pierre, située presqu'à côté. Classée aux Monuments Historiques depuis 1862, restaurée en 1965 et 1966, elle n'est plus sacralisée.

DSC_2947

Eglise_Saint-Pierre_de_Melle_(03)

Le choeur

DSC_2943

et le maître-autel.

800px-Église_Saint_Pierre_de_Melle,_l'autel

A l'opposé, les portes principales.

DSC_2941

Les vitraux qui nous ont beaucoup plu.

DSC_2933

DSC_2937

DSC_2931

Après le déjeuner, nous nous rendons au syndicat d'initiatives pour rencontrer Annie-Claire DIAZ et découvrir l'art textile huichol.

598bce3c489a45d1008b54b8

(Crédit photo : La Nouvelle République du 10 août 2017)

"L’art huichol est un art sacré. Solennel et tourné vers la religion, il se manifeste traditionnellement par des peintures rupestres, des sculptures en pierre, ou encore des tableaux de fils de laine (à partir des années 50) utilisés comme offrandes aux Dieux.
Assemblant de nombreuses images, tantôt géométriques et abstraites, tantôt figuratives (notamment avec des animaux), la créativité débridée des Huichols se nourrit d' »hallucinations ». Les artistes sont en effet très inspirés par ce qu’ils observent sous l’influence de psychotropes, surtout après avoir pris le cactus sacré, utilisé lors de rituels, le peyote. Robert Zingg, un des premiers anthropologues à avoir rencontré les Huichols, dans les années 1930, a affirmé que « tous les adultes sont des artistes, les hommes sachant faire les objets votifs et les femmes, les textiles brodés«." (provenance de ce texte https://perezartsplastiques.com/2015/09/07/les-huichols/).

Le matériel utilisé : du fil acrylique très fin, un pain de cire d'abeilles sauvages dont on recouvre une planche de bois... 

exemple

et cet outil "magique", un tout bête petit couteau suisse et enfin, n'oublions pas, l'association d'une belle dextérité et d'une infinie patience aussi.

DSC_2964

Ci-dessous l'ouvrage en cours d'Annie-Claire DIAZ

DSC_2963

et là, le "serpent", un autre ouvrage en cours.

en cours

Le peyote, cactus aux propriétés hallucinogènes, très utilisé par les chamanes huichols est très souvent représenté sur leurs tableaux.

290px-Lophophora_williamsii_ies

Ce tableau est ce qu'on appelle un Nierika avec son point central qui permet d'accéder à "l'autre-monde", axe entre le Ciel et la Terre. Ici, le message est clair, l'accès à l'autre-monde se fait grâce au Peyoti et aux fleurs de Datura, deux psychotropes.

Fleurs

L'Aigle Royal, Werika, est mère de Soleil. Ses plumes caudales fixées à un bâton sont des messagers du chamane et l'aident à soigner.

oiseau

Un serpent à sonnettes entoure et protège un Peyoti (reproduction d'un tableau exposé au Musée d'Art Huichol à Zacatecas au Mexique.

Serpent

Les maïs de différentes couleurs sont des sujets récurrents dans l'art peyote.

maïs

Le cerf sacré, messager des Dieux, délivre un message et émet des vibrations qui sont un échange d'énergie et de paroles. On lui fait des offrandes car c'est lui qui a montré le chemin de Wirrikuta où pousse le peyoti.

cerf bleu

"El venado azul", le cerf bleu, celui qui a montré le chemin du peyoti, le serpent  - sacré lui aussi - deux peyotis et le maïs, aliment essentiel.

cerf

Une représentation de Niérika 

soleil

sur lequel est appliqué un miroir peut-être pour faciliter l'accès à "l'autre monde".

DSC_2973

Le peyoti et le colibri, Tupina. Le colibri est un messager qui ne doit jamais défaillir, sa force viendrait de Kieri (Datura), une plante hallucinogène. Il est associé aux enfants qu'il protège.

Colibri

Nous avons passé un long moment en compagnie de cette artiste qui nous a régalé de son savoir et des histoires liées à cet art textile huichol. Nous avons surtout pris "des couleurs plein les yeux"... un vrai feu d'artifice ! Un grand merci à elle pour son sympathique accueil et la beauté des oeuvres qu'elle nous a présentées.

Focus sur la très belle devanture d'un fleuriste de MELLE

DSC_2951

Les halles de MELLE, construite en 1903, restaurée en 1993 (crédit photo : Maryanick GAULTIER site "communes.com")

melle_192037

Le kiosque à musique de 1930 (crédit photo : Maryanick GAULTIER site "communes.com")

melle_192039

Nous avons passé une excellente journée, découvert un art textile venu de loin et surtout découvert une très belle ville qui mérite qu'on s'y arrête.

Et pour en savoir plus sur Annie-Claire DIAZ, vous pouvez lire cet article ici ou celui-là et même celui-là...